UBISOFT: Partie 3

samedi, 8. janvier 2011

Les différentes Natures d’Informations, et leurs interprétations.

Les natures d’informations considérées ici, sont d’une part les communiqués de presse officiels d’Ubisoft (disponible dans le rapport annuel), les communications officielles des salles de marchés retirés de la base de données FACTIVA, et enfin les informations diverses de sites spécialisés en jeux vidéos pour les produits.

Dans un premier temps il est important de constater que le cours de bourse n’est pas influencer directement par les résultats de l’entreprise, en effet nous avons présenté précédemment que la variation du cours ne dépendait pas de la saisonnalité du chiffre d’affaire mais que le cours effectués des bonds à fréquences régulières.

En effet c’est bonds sont déclenchés par l’annonce des résultats de l’entreprise aux travers de communiqué de presse, à chaque annonce de résultats négatifs le marché sanctionne l’entreprise. Il est donc intéressant de constater que ce n’est pas l’entreprise en elle même qui influence la performance de son cours mais les annonces qui sont effectuées.

La principale raison de cette sanction récurrente, est due au fait que l’entreprise est cotée sur le New York Stock Exchange, que les investisseurs principaux (hors famille Guillemot) sont Américains (voir tableau, et liste des principaux actionnaires), et par conséquent culturellement très sensible a la réalisation effective des prévisions annoncées par le PDG. Hors celui-ci depuis 2008, lors de la rédaction des rapports annuels, semestriels, annonce des résultats qu’il n’atteint pas par conséquent les actionnaires réagissent.

Capture-4

Invesco
Harbinger Capital
FMR LLC Company

En d’autres termes je pense que ce ne sont pas les résultats qui sont directement mis en cause par la variation du cours mais l’écart entre l’information donnée en prévision de l’exercice et l’information liées à la publications des résultats. Ubisoft s’ouffre de son trop plein d’optimisme dans sa stratégie commerciale, et par conséquent financière.

En ce qui concerne l’influence des jeux et la notoriété de l’entreprise dans l’industrie du jeux vidéos, le résultat est limité presque nul, en effet curieusement le marché ne semble pas s’intéresser aux sorties et à la potentialité commerciale de l’entreprise. Par exemple, le 17 Novembre 2010 sortait le dernier né du jeu Assassin’s Creed intitulé « Brotherhood » (cf vidéo, « partie 2 »), un jeu qui a enregistré un record de pré-commande, c’est à dire que le jeux était vendu avant le jour de sa sortie, cette annonce n’a engendré qu’une hausse minimale du cours.

L’exemple montre que dans la conjoncture actuelle le marché reste septique et ne constate que les informations concernant l’état financier de l’entreprise, aux détriment des performances créatrices de richesses futures.

Néanmoins, au sujet des transactions, l’action Ubisoft est très liquide, entre 60 et 80 mille ordre par jour, ce qui prouve bien que l’entreprise attire, mais sa structure et son ambition refroidit les investisseurs qui craignent de ne pas retrouver leurs capitaux.

Retour Partie 2
Vers la Conclusion

Comments are closed.